La politique, un métier ?

Publié le par la fee viviane

Chers amis,

Cent fois sur l'établi je remets mon ouvrage. Cette fois-ci c'est pour faire écho à une leader de la LCR qui me plait bien, jeune, vrai, plein d'élans et d'envies, optimiste aussi car pour changer le monde, il le faut impérativement.

A quoi sert de s'appitoyer sur son sort, de pleurer sur ses envie de voitures neuves, de petite maison à la camagne, de bâteau, d'une "petite" semaine de ski, d'un peu de foie gras pour les fêtes, d'un écran télé HD plat, lorsque déjà dans son propre pays des gens attendent le secours populaire pour faire un repas par jour et ces gens sont souvent des retraités ayant travaillé toute leur vie et aussi lorsque plus de 2 milliards de nos frères et soeurs de part ce petit caillou déjà pollué qui nous sert de monde cherchent de quoi manger, là, tout de suite, pour eux demain est un autre jour et ils essaient de l'atteindre...

 Alors, un homme sage qui avait pour nom Socrate, philosophe grec qui ne possédait rien et ne savait même pas écrire faisait de la politique pour le plaisir de débattre sur l'agora (place publique) . Il interpellait les gens sur tous les sujets qui préoccupent le citoyen, de la gestion des eaux usées en passant par le nettoyage des rues ou l'éducation des enfants, les prix des légumes sur le marché. Il était fils de tailleur de pierre et sa mère aidait les femmes à accoucher. C'est peut-être d'elle que lui vint l'idée d'accoucher les gens de leurs idées en pratiquant la Maïeutique, l'art de la discussion. Mais nul n'est prophète en son pays et il fût ordonné qu'il avale du poison car ses idées devoyaient la jeunesse (450 av.J.C.)

 Il vivait très modestement et ne demandait jamais rien pour lui. Un des hommes qui l'écoutait volontiers racontat son histoire dans plusieurs livres,  c'est homme c'est Platon. Beaucoup connaissent Socrate par sa phrase la plus célèbre le fameux : "connais-toi toi-même et tu connaitras le monde", phrase moquée par un certain Nicolas Sarkozy !!

Alors, et si Socrate avait raison : la politique ne doit en aucune façon être un but en soi, devenir un métier
. Beaucoup de jeunes souvent issus d'ailleurs des classes moyennes et supérieures font sciences-po dans le but d'embrasser une carière politique, courir derrière les mandats pour vivre, manger, se loger, puis dans ces conditions, comment servir l'autre, le citoyen lambda vous, moi, qui avons voté pour cet individu plus préoccupé de lui-même ou d'elle-même et de durer que de défendre les interêts communs.

Socrate préconisait fort justement que les philosophes devaient avoir le pouvoir de décider du sort du pays, mais ne rien avoir en propre, ne rien recevoir de la république que le gîte et le couvert pendant le temps du mandat (mandat unique déjà dans la tête de Socrate qui pensait fort justement que l'on ne peut courir plusieurs lièvres à la fois sans en sacrififer quelques uns) et qu'ensuite, les Athéniens devaient tout faire pour retrouver du travail ou un moyen de subsister à celui qui rendait son tablier, la tâche accomplie.

Aujourd'hui on parle de loi sur le référendum d'initiative populaire afin que la démocratie devienne enfin directe et non plus virtuelle (sondages qui remplace dans la tête des gens qui les écoutent leur propre opinion). Ces questions sont posées sur différents sites de démocratie participative oû les citoyens ordinaires peuvent s'exprimer, grâce au Net, plus rien jamais ne sera comme avant. Ce qui se passe en Chine aujourd'hui après le tremblement de terre est dû en grande partie au fait que des chinois ont pris leurs telephones portables et ont diffusé des images sur le Net. Même la Birmanie vient d'accepter l'aide si longtemps refusée car, alliée de la Chine qui pille ses richesses naturelles directement, elle ne peut plus agir contre l'esprit du temps et l'info qui court sur le Net d'un bout à l'autre du monde à la vitesse de la lumière... (drôle d'histoire que cette WWW grand toile d'araignée qui était un outil de renseignements  militaire américain à la base, soit devenu un lien entre les humains le plus souvent à présent pour le bien.)
Bien à vous.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article