Le mâle français......

Publié le par la fee viviane

Mes amies,

Pour une fois, une seule, je vais m'adresser à vous toutes, mes soeurs, mes amies. J'ai toujours été reconnaissante aux femmes américaines d'avoir br$uler leurs soutien-gorge car toute révolution a besoin de symbole ! Et, même si je suis une pacifique convaincue, j'ai pardonné à Valérie Solanoas d'avoir tiré sur Andy Warhol sous prétexte qu'il la transformait en femme-objet ! 

 

Il est fatal et déplorable que des femmes en arrivent à de telles extrémités. "Nous sommes tous des juifs-allemands" criaient les étudiants en mai 68. Nous, femmes, sommes d'une certaine manière des prostituées. Même les femmes qui les haïssent ont bénéficié des avancés prônées par les mouvements féministes. Nous étions alors dans les années 70. Les femmes gagnaient alors une certaine indépendance. Plus d'autorisation du père ou du mari pour travailler (loi de 1965), accès aux moyens de contraceptions, la pilule débarquait enfin ici. Puis loi sur l'avortement qui n'était plus puni de prison pour celle qui y avaient eu recours ! On avait cru les problèmes d'égalité homme/femme réglés, du moins dans les formes, car dans les salaires une certaines disparité à l'avantage des hommes subsiste, et il faut bien le dire, la femme a aussi "gagné" la double journée, une au boulot, l'autre à la maison, ménage, enfants, linge, courses, bref, on sr tait et puis un jour l'homme découvre que sa compagne en a assez et crac, on se retrouve devant le juge.

 

Mais, je dois revenir, même si ce sujet en soi ne me regarde pas, sur ce qui a bien pu se passer dans l'affaire DSK.  C'est dans ces années 70, il y a donc quarante ans, que le viol, agression terrible, soit enfin reconnue comme telle par le code pénal. Avant cela, on considérait comme l'a maladroitement dit Jack Lang "qu'il n'y avait pas mort d'homme !". Derrière cette formule il y avait une sorte d'indulgence sexiste pour un acte dont on pensait qu'il n'était pas grave, et dont la responsabilité retombait à égalité sur le bourreau et sur la victime souvent traitée de femme légère ayant provoquer le mâle ! Mais voilà, nous sommes en 2011 et les réactions de pas mal d'amis de ce DSK ne parlant jamais de la supposée victime, et excusant ce crime, refusant presque que le silence de la honte fasse que les plus de 70 000 femmes agressées chaque année ne portent pas toute plainte, beaucoup d'entre elles étant souvent tuée après.

 

mais alors, mes direz-vous les hommes, et la séduction, et la tradition libertine bien de chez nous. Sous prétexte de décontraction et de manières libres beaucoup d'hommes français continuent de tenir les femmes pour seconde, inférieures, et si très jolie et blonde pour bécasse, idiote, . Les résponsables d'entreprises, les hauts placés politiques pratique souvent la drague appuyée, souvent parce que la femme est une subordonnée et donc le privilège du cuissage ou la tentation comme dans de grande école d'un espèce de bizutage réservé aux filles apparait. 

 

A oui, il y a aussi le fameux puritanisme anglo-saxons. A force de suspecter la séduction on va rendre les rapports hommes/femmes froids, rigides et décourageants. Menace imaginaire , qu'on le sache aux USA ou en grande Bretagne l'amour se porte bien. Personne ne demande que les rapports amoureux soient codifiés ou soumis aux pressions des féministes ! . Ce qui doit disparaitre, avec cette affaire DSK, c'est l'attente à la dignité des individus et l'idée que les femmes, même sous des formes édulcorées doivent encore et toujours accepter, magré des décennies de luttes, la soumission !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article