Les Roms : un peuple chassé de partout !

Publié le par la fee viviane

 

Depuis quelques mois, les Roms sont au cœur de l’actualité. Ceux que l’on appelle aussi les "gens du voyage" sont partout : en France, en Italie, même en Belgique. Mais on dirait que personne n’en veut. À chaque fois qu’ils font la Une des journaux, c’est parce que l’on veut les faire déguerpir. Cette fois-ci, c’est la France qui les oblige à quitter son territoire. Mais qui est cette population chassée régulièrement et pourquoi aucun pays ne veut-elle l’accueillir ?

Les Romanichels, mieux connus sous le nom de Roms, sont des personnes originaires d’Europe de l’Est, surtout de Roumanie et de Bulgarie. Ils vivent soit dans leur pays d’origine soit dans d’autres pays européens. Ils seraient 11 millions à vivre dans 47 États du continent européen. Beaucoup ne s’installent jamais vraiment quelque part. Ils sont ce qu’on appelle des nomades. Autrement dit, ils voyagent d’un endroit à l’autre, en caravane ou en roulotte. Certains se déplacent uniquement l’été, d’autres toute l’année. Il y a donc différents groupes et communautés de Roms liés par des coutumes, des traditions, etc. On les distingue d'ailleurs sous des noms différents : Gitans, Manouches, Tsiganes, etc. Les ancêtres de tous ces groupes seraient originaires de l'Inde. Une fois arrivés en Europe, ils se seraient dispersés. Les Gitans en Espagne et dans le sud de la France, les Tsiganes en Europe de l’Est, les Manouches en France et en Allemagne, etc. L’expression "gens du voyage" se rapporte aux ancêtres des Roms venus de l'Inde. Mais aussi, à des commerçants ambulants, c’est-à-dire des personnes qui se déplacent d’un endroit à l’autre pour vendre des marchandises ou rendre des services. Ainsi, certains sont aiguiseurs de couteaux, cireurs de chaussures, etc. Nombre de ces métiers ont aujourd’hui disparu. 

Les différentes communautés de Roms sont souvent rejetées à l’intérieur même de leur pays d’origine. En Bulgarie et en Roumanie, par exemple, ils sont isolés et traités d’une façon différente à cause de la couleur de leur peau, de leur mode de vie, parce qu’ils sont pauvres, parce qu’ils parlent une autre langue… Autrement dit, ils sont victimes de discrimination. Certains quittent donc leur pays et partent vers des pays européens plus riches où ils espèrent trouver une meilleure vie. Ils voyagent et vivent dans leurs caravanes et roulottes. Dans ces pays, ils trouvent parfois des terrains pour s’installer. Des terrains équipés d’électricité, de toilettes, de douches… Mais très souvent, ces terrains sont trop peu nombreux. La grande majorité des Roms n’a alors pas d’autre choix que d’aller s’installer sur des terrains qui ne sont pas prévus pour les accueillir, donc sans autorisation. Naissent ainsi ce que l’on appelle des campements illégaux.

Dans ces pays d’accueil, les Roms ne sont pas beaucoup mieux traités que dans leur pays d’origine.  En effet, ils sont souvent victimes de préjugés, c'est ainsi que l’on appelle les idées ou images toutes faites. Ainsi, beaucoup de Roms sont considérés comme des voleurs, des gens dangereux, etc. Ils ont donc beaucoup de mal à s’intégrer dans leur nouveau pays d’accueil et vivent souvent dans des conditions difficiles. Ils ont des difficultés à trouver un travail ou un logement, à obtenir des papiers, à se faire soigner, à inscrire leurs enfants à l’école, etc. Pour gagner leur vie, certains mendient dans les rues, les couloirs de métro, aux carrefours, parfois avec leurs enfants. D'autres vendent des journaux, récupèrent des objets abandonnés ou jetés. Quand leurs enfants vont à l’école, ceux-ci sont considérés comme des élèves en difficulté et souvent placés dans des classes spéciales. Beaucoup finissent alors par abandonner l’école. 

Ces derniers mois, on a beaucoup entendu parler de la France et des actions sévères menées envers les Roms. En effet, suite à un fait divers (entre des Roms et des policiers), l’État français a décidé de vider les camps illégaux de Roms et de chasser ceux qui, à ses yeux, ne se comportent pas bien. Dans de nombreux cas, des Roms originaires de Bulgarie et de Roumanie ont été spécialement visés. Ils ont été rassemblés et reconduits dans leur pays d’origine. C’est ce que l’on appelle des  "reconduites massives". Pourquoi ces reconduites ont-elles eu lieu ? Selon les autorités françaises, les Roms seraient dangereux et représenteraient une menace pour la sécurité. Certains Roms, c’est vrai, ont commis des actes punis par la loi. Mais, la grande majorité des Roms respecte la loi. En évacuant ces camps sans faire de distinction, l’État français n’a pas seulement punis les coupables mais tout un groupe de population. 

La France s'est fait critiquer par de nombreux pays et surtout par des responsables de l'Union européenne. Pourquoi?  Parce que ce genre de punition est interdite par les règles de l’Union européenne. En effet, les 27 pays  de l’Union européenne reconnaissent ce que l’on appelle la libre circulation des personnes. Autrement dit, les citoyens européens ont le droit de circuler librement dans les 27 États de l’Union. Ils peuvent même rester trois mois dans l’un d’eux sans demander une autorisation spéciale. La France n’avait donc pas le droit d’expulser des Roms qui sont d’origine roumaine ou bulgare.  
La France n’est pas la seule à renvoyer des Roms de force. L’Italie, le Danemark, la Suède, l’Allemagne, etc. ont fait pareil, mais de façon plus discrète. Ils n’ont donc pas été montrés du doigt comme la France. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article