Oû l'on en apprends de bonnes sur la campagne de 2007 !!!!

Publié le par la fee viviane

Mes amis,

 

Où l'on apprend bien des choses sur la campagne 2007 et les années qui entourent cette élection. En effet, les candidats à l'élection présidentielle française ont l'habitude d'aller voir l'ambasadeur des USA pour annoncer leur candidature et Mr Sarkozy n'a pas dérogé à la règle ! 

 

Où l'on apprend surtout qu'une seule personnalité n'a pas fait allégenace à l'Ambassade américaine: Ségolène Royal

 

En revanche qu'est-ce qu'elle prend!!!! L'article est en ce moment sur Médiapart, merci au rédacteur Christophe :

 

Extraits: (il s'agit des télex officiels des différents analystes de l'Ambassade américaine).

 

Rocard sur Royal: «manque de connaissance des questions internationales et économiques"

 

Bayrou sur Royal: "Bayrou, qui qualifie la campagne de « sauvage », la presse et le public se sentant le droit de « détruire » un candidat, est lui-même assez acerbe quand il s'agit de Ségolène Royal: elle n'a selon lui « aucune influence politique », n'a aucun « avis valable » et sa candidature n'a pas plus de consistance que les photos qui l'illustrent".

 

Donnedieu de Vabres sur Royal: « Si c'est Royal au second tour, nous avons gagné.» La droite craint plus, explique le ministre de la culture, un Bayrou au second tour. Car le candidat centriste est bel et bien la surprise de cette campagne, à tel point que Bruno Erhard, un de ses proches, parle de « Bayroumania ».

 

Attali et le "double jeu": "Attali revient mi-février 2007, cette fois-ci présenté comme proche de Royal et de Sarkozy. Et pour cause, il le dit lui-même: il échange régulièrement des SMS avec la candidate PS et a « presque tous les matins » Nicolas Sarkozy au téléphone".

 

Les analystes américains sur Fabius 2006: « Fabius était décevant, il est venu clairement comme un politicien du passé, et ce malgré son tain hâlé, et son air relaxé et encore jeune. Toutes les personnes présentes ont été frappées par ses vieilles recettes pour faire sortir la France de l'ornière et ses références au passé plutôt que ses solutions pour l'avenir. Il était étrange d'entendre l'adversaire le plus influent de la constitution européenne prétendre qu'il y était opposé parce qu'il aime l'Europe et entendre son appel à ce que le PS fasse de l'Europe un élément central de la campagne présidentielle était peu convaincant (peut-être un signe de mauvaise conscience). Fabius a semblé dédaigner Ségolène Royal pour son dynamisme et son sens commun, alors qu'il estime ces qualités nécessaires et qu'il ne les possède pas. En résumé, il est venu comme quelqu'un qui ne croit plus à ce qu'il dit, et même à sa propre candidature.»

 

DSK sur Royal: "Le candidat à la primaire commence par enfoncer sa rivale: Royal, décrite comme « fragile mais au sens féminin du terme », est certes en tête dans les sondages, mais c'est « une hallucination collective », assène-t-il, estimant qu'elle remportera peut-être la primaire mais qu'elle n'a aucune chance contre Sarkozy".

 

Hubert Védrine sur Royal: "Hubert Védrine, se trouve à l'ambassade. L'ancien ministre des affaires étrangères ne mâche pas ses mots sur Ségolène Royal : « C'est une personne désagréable et lâche, dont la vision politique est un mélange de radicalisme économique et de réaction sociale. »

 

Un mois plus tard, cette dernière a l'occasion de faire mentir ses détracteurs. Elle explique que le cœur de sa campagne, c'est d'« avoir le courage de faire confiance aux électeurs ». « Vous ne gagnez pas une élection sur un bilan ou un programme, mais sur les attentes générées par le candidat », ajoute la candidate. Mais l'ambassadeur ne semble pas convaincu: « Royal parle en termes très généraux, voire vagues, de ce qui fait d'elle une candidate à la présidentielle."

 

Etc... Etc.

 

Christophe

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article